samedi 7 février 2009

Bienvenue à bord du Triton Maru

Le corsaire a vécu. Je suis rentré au port et ai rendu ma lettre de marque.

Mais il semble que l'hiver soufflant ne suffit pas à éteindre l'appel du large. La tribune et les embruns me manquent. Si la majorité des marins, le sac à terre, sombrent taciturnes dans une barrique, ou pas; il en faut pour ne jamais la fermer, entretenir les légendes et palabrer gaiement. Que les minots entendent les histoires: les terres aux étés perpétuels, les filles des rades foraines; qu'un jour ils raccrochent leur Playstation et claquent la porte pour trimer sur un rafiot.
Comme j'ai une grande gueule, je pourrais, peut-être, être celui-là.

Et ma foi, le shanghaïage par les mots valant bien celui par le tafia, je compte bien y recruter un équipage.

En effet, la saison est peu propice à la navigation, même dans la petite mer, les vents soufflent et vous drosseraient à la côte sans vous laisser de reste. Ainsi, plutôt que de ronger mon frein en regardant le large, je mets ces mois à profit pour armer un nouveau vaisseau: bienvenue à bord du Triton Maru! Le rôle n'est pas fin prêt, la mission encore floue. Mais amarré à la Digue du Large, je pique la rouille et graisse les machines: cette coque appareillera au premier rayon du printemps, ce sont des esprits lointains qui l'animent.

 Pour parler plus sérieusement, les choix techniques sont encore secondaires. Le Chef s'accommodera de la plateforme et j'espère vous aussi. Lorsque rentrera l'argent du premier fret, nous envisagerons d'améliorer la place. Dans un premier temps, il s'agit surtout de se rappeler aux grâces de nos brokers-linkers et d'annoncer notre retour sur le marché. Et puis d'écrire: remplir les cales à barrotter de mots et d'images. Je pense que l'habitude reviendra. Déjà, il va bien falloir vous raconter qui je suis...

4 commentaires:

  1. Vu que je suis dans les "rôles d'équipage": premier matelot au rapport!

    C'est comme ça qu'on dit? :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ca fera l'affaire! Vu ton ancienneté, je te nomme même Bosco!

    RépondreSupprimer
  3. Bosco, c'est Maître d'équipage!

    RépondreSupprimer